LA CEDEAO, UNE ORGANISATION EN DÉCONFITURE

 

CEDEAO avait été créée au Nigéria par la signature d’un traité de 15 Etats de l’Afrique de l’Ouest  qui porte le nom de « TRAITÉ DE LAGOS » le 28 mai 1975: le Bénin, le Burkina,  la Côte d’ivoire,  la Gambie, le Ghana,  la Guinée,  la Guinée-Bissau,  le Libéria,  le Mali,  le Niger,  le Nigéria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo.

Organisation économique, elle avait pour objectifs de favoriser la coopération et l’intégration de ses États membres, ce qui donna lieu à la création de l’Union Économique et monétaire. Elle était appelée donc à dépasser les innombrables clivages, économiques, politiques, monétaires et linguistiques, pour déboucher sur une intensification de la coopération et des échanges. La CEDEAO base son action sur les principes fondamentaux suivants: Egalité et interdépendance des Etats membres. Solidarité et autosuffisance  collective. Coopération inter-Etats.

Il y était arrêté :

« LES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES,

dans la poursuite des objectifs énoncés à l’Article 3 du présent Traité affirment et déclarent solennellement leur adhésion aux principes fondamentaux suivants :

égalité et interdépendance des Etats membres;
solidarité et autosuffisance collective ;
coopération inter-Etats, harmonisation des politiques et intégration des programmes;
non-agression entre les Etats membres;
maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité régionales par la promotion et le renforcement des relations de bon voisinage ;
règlement pacifique des différends entre les Etats membres, coopération active entre pays voisins et promotion d’un environnement pacifique comme préalable au développement économique ;
respect, promotion et protection des droits de l’Homme et des peuples conformément aux dispositions de la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples ;

transparence, justice économique et sociale et participation populaire au développement;
reconnaissance et respect des règles et principes juridiques de la Communauté;
promotion et consolidation d’un système démocratique de gouvernement dans chaque Etat membre tel que prévu par la Déclaration de Principes Politiques adoptée le 6 juillet 1991 à Abuja;

répartition juste et équitable des coûts et des avantages de la coopération et de l’intégration économiques. »

Il est facile de se rendre compte que la CEDEAO avait des ambitions nobles à travers tous les textes préliminaires qui régissent ses principes fondamentaux. Elle nourrissait des espoirs légitimes des peuples de la sous-région qui aspirent à la levée de toutes les barrières qui freinent son intégration qui était réelle avant l’arrivée du colon qui l »a coupée en morceaux le plus souvent en dispersant ses communautés. Ils étaient (les peuples ) tellement attachés à la possibilité de cette réalité qu’ ils se mirent à investir sans tenir compte des frontières par-ci par-là. Croyant ainsi que le train a pris la bonne marche, c’est en ce moment que certains politiques adoptèrent des mesures du sens contraire. On y a même noté des expulsions sans ménagement. Au constat du fil des années, aucun du souhait des peuples n’a connu de réalisation pérenne. Parce que pour ces peuples qui sont frères il s’agit de tendre rapidement vers la suppression des frontières. Les quelques pays qui y tiennent reçoivent toujours des crocs-en-jambes de la part de ceux qui ont plus de respect pour les manipulateurs de l’extérieur. Le cauchemar du FCFA est là pour tenir éveillé excepté ceux qui n’ont pas d’âme, de sorte que certains utilisateurs de cette monnaie coloniale n’hésiteront pas à la moindre possibilité de l’abandonner. A cause de cette monnaie beaucoup de la population souffrent à côté de l’indifférence des décideurs. Sauf de rester dans le verbiage creux pour ces populations, aucune avancée sensible de sa création. Le regard des autorités de cette CEDEAO, pour ainsi dire, est loin du regard de ceux pour lesquels elle a été créée.

C’est pourquoi aujourd’hui, l’interrogation demeure de savoir, au moment où il est question de sa désintégration, à quoi elle sert. La vérité se confirme ici que toute entreprise qui n’avance pas est condamnée à reculer. Cela est propre à cette organisation qui, non seulement ne remplit pas ses objectifs, mais tue ses peuples. Le Mali, le Burkina et le Niger sont mis au piloris par elle à cause de leurs politiques internes qui n’affectent en rien la souveraineté des autres États membres. En plus, ces pays sont en proie au terrorisme contre lequel elle ne vient pas en solidarité, tant que Paris ne l’y commande pas, ce colon qui l’alimente plûtot. 

Et maintenant, elle veut mettre en place et en mouvement une force moribonde qui a fait des ravages sous son appellation ECOMOG. On croirait rêver quand un serpent dont la tête est coupée veut se lever pour attaquer à tort et à travers, sans tenir compte de la réalité du terrain liée aux relations, aux populations. 

Alors qu’elle se prépare avec force tapage d’attaquer militairement le Niger sous injonction française parce que l’armée y a perpétré à raison un coup d’État, la nouvelle d’un autre coup d’État est annoncée au Gabon avec la bénédiction de la même France. Celle-ci menaçait d’intervenir pour rétablir le Président déchu aux éclats de la majorité du peuple nigérien, mais adoube celui du Gabon .Où se trouve la vérité? Elle est simple même pour les abrutis. Ce sont les intérêts des États qui commandent. 

Ce que la plupart de nos Chefs d’États ne comprennent pas ou font semblant de ne pas comprendre, subjugués par la France de laquelle ils tiennent leur pouvoir. 

Enfin, la CEDEAO a perdu la crédibilité de leurs peuples qui ne voient en elle que le bourreau, en hors la loi.

Laisser un commentaire