LE MALI BRULE

                                           Le moins que l’on puisse dire aujourd’hui est que mon Pays brûle et est écartelé du Nord au Sud,entre les forces étrangères,Barkhane et Minusma,les groupes armés,CMA et GATIA,et,malheureusement,les dites plateformes,Ante An Bana et An Sonna,et les Guides religieux. Chacun de ces protagonistes veut être écouté,s’il faut par la force,mais,cependant,n’écoute personne,et fait fi même des raisons de leur existence,défendre l’humain en restant d’accord avec sa conscience et Dieu.                                                                                                                                                                                                    Barkhane,qui était à l’origine Serval,était intervenue au Mali,le 10 Mai 2012,sur appel au secours des plus hautes autorités pour empêcher qu’il sombre sous les assauts sans pitié des hordes terroristes. Mais à présent la majorité des Maliens doute du caractère humanitaire de ce secours qui avait été salué en son temps,car sous son nez des innocents sont tués ou martyrisés et Kidal est interdit aux Officiels maliens.                                                                                                                                           Quant à Minusma,d’abord Misma,elle est tout sauf une force de paix,d’où la question sur son utilité,lorsqu’elle ne bombe sa poitrine et ses muscles que quand les amis du Mali et le Mali lui-même tente de reprendre son autorité réelle sur toute l’étendue de son territoire. Et pour cela,qu’importe que les innocents et les soldats maliens soient tués à longueur de journée,à défaut de pouvoir s’organiser comme il faut,à cause des entraves qu’elle leur met,malgré ses mandats robustes ou non.Enfin, Minusma comme Barkhane est plus prompte à réagir lorsque les terroristes,car CMA n’est rien d’autre que l’alliée des terroristes,perdent du terrain que le Mali en gagne.                                                                     Devant l’attitude de froideur de ces forces censées être au chevet du Mali,les groupes armés se créent et mettent du frein à l’avancée vers la paix.On n’est pas aveugle pour constater que les attaques et les affrontement ne se multiplient entre ces groupes que lorsque l’on pense que l’on est au bout du tunnel,et pour enfin recouvrer la paix totale.En outre leur querelle de clochers se résume à l’affirmation de leur leadership sur les autres.                                                                                          Dans notre vie de maliens,un Guide spirituel ne se mêle pas de politique,dès l’instant où tout le monde prie derrière lui,quel que soit le bord politique du croyant.Il incarne la droiture,donc il doit être à égale distance des hommes,s’il veut garder son honorabilité,sa crédibilité.                                    C’est ainsi qu’on en vient aux plateformes de oui et de non à la révision   constitutionnelle initiée par le Gouvernement.Il est évident que la solution la meilleure réside dans les urnes où le peuple peut choisir librement.Donc,pour éviter que notre Pays sombre davantage,il faut penser aussi à accorder les violons,puisque les divergences sont connues.Il s’agira pour le Gouvernement de concevoir que la révision constitutionnelle ne s’opère que par référendum;que les membres du Sénat soient choisis autrement que par les deux tiers du Président,par lui seul,en permettant à des corporations de lui fournir des listes des personnalités aptes à remplir la fonction .Ici,le problème ne doit pas se poser puisque le haut conseil des collectivités sera dissout,ramenant les charges au même;que le Conseil Supérieur de la Magistrature,pour garantir davantage son indépendance,soit expurgé de corps étrangers qui ne seront là que pour meubler les décisions qui y seront issues;que les Présidents du Sénat et de la Cour Constitutionnelle soient également choisis par leurs pairs. Mais donner la possibilité au Président de mettre fin aux fonctions du Premier Ministre sans avoir à attendre sa démission.L’on comprendra que le débat sur l’article 118 de l’actuelle constitution est clos dès lors que la Haute Juridiction a tranché pour dire qu’en l’état il n’y a pas d’atteinte à l’intégrité territoriale,si nous voulons restés démocrates ou républicains.                                                           La Cour Constitutionnelle en renvoyant le projet de constitution à l’Assemblée Nationale offre cette possibilité de rapprocher les points de vue,pour le bien de tous les Maliens.

Laisser un commentaire