MADAME LE MINISTRE DE L'EDUCATION NATIONALE: UN EXEMPLE A SUIVRE ET A ENSEIGNER

 

En matière de claivoyance, de leadership, d’ouverture aux autres, de conscience professionnelle tout court, elle fait unique. Rarement une femme aussi honnête n’a tenu ainsi courageusement ce département sensible de notre Pays.

Elle est venue à cette responsabilité au moment même où tout ou presque était contestations, demandes pressantes sociales Le monde scolaire était en ébullition. Les enseignants, qui demandaient à chaudes gorges l’application de l’article 39, qui demandaient le paiement immédiat de leurs primes et frais éducatifs, ne voulaient rien entendre. Tout ou rien était leur leithmotiv dans leur raison gardée des promesses et engagements non tenus des gouvernements de l’ex-Président.

Mais son sens de l’écoute, de compréhension, a permis d’accorder les violons avec ces derniers dont la majorité a fini par se rendre compte qu’elle n’est pas celle qui est habituée à donner sa langue au chat, qui se rebiffe devant la vérité. Elle joue cartes sur table, sans en cacher aucune, et les enseignants, d’une manière générale, réfléchis, analystes de toute situation par nature, en tenant compte de la situation critique du Mali, ont volontairement mis balle à terre, par la mise en veilleuse de leurs révendications. Cet acte hautement patriotique a été apprécié par tous les Maliens, à la suite de leur division lors des examens de fin de l’année scolaire 2020-2021.

Cette année, tout le monde est d’accord qu’elle s’est déroulée normalement, et les examens qui l’ont couronnée ont été crédibles, avec moins de fraudes, mêmes pour les zones où l’insécurité est grande. Elle a fait moins de bruits dans ce monde bruyant par nature.

Et les Maliens qui savent reconnaître un travail bien accompli lui témoignent (Madame le Ministre) leur confiance et l’y encouragent pour le bien de l’école malienne.

En effet, le contexte s’y prête d’autant que le Mali a besoin d’une école apaisée dans un environnement de réfondation des habitudes perdues, une école expurgée de toutes les tares qu’elle a accumulées ces dernières années.

On ne doute pas un instant que la Ministre de l’éducation a eu tout l’appui nécessaire du Gouvernement actuel, notamment de la part du Président de la Transition et du Premier Ministre.

Tout autant, une reconnaissance du mérite doit être faite pour ses collaborateurs, notamment Iknane Ag, Secrétaire Général du Département, et ses Conseillers Techniques, dont Amadou Diallo, et son Directeur des Ressources Humaines, sans lesquels ce travail maous n’aurait pu être abattu.

En tout cas, les gens se plaignent de moins en moins des résultats du Ministère à cause de l’empreinte de la marche honorable que sa Cheffe l’a imprimée. 

Au demeurant, dans notre Pays, nous avons des femmes de grand coeur comme elle, comme Mme Konaté Salimata Diakité, au Secrétariat Général du Gouvernement. Elles méritent nos encouragements. 

Laisser un commentaire